Ça Se Passe Là-Haut

Ça Se Passe Là-Haut

L'infini se contemple indéfiniment.

Eric Simon

Astronomie, astrophysique, cosmologie, astroparticules...

Podcast
En cours de lecture

#1058 : Aux sources de l'eau terrestre

1058-water.mp3

1058-water.mp3

Votre navigateur n'a pas réussi à lancer la lecture du média. Essayez de le télécharger.

Télécharger Télécharger ( 9,9 Mo )

L'origine de l'eau que l'on trouve sur Terre a été un long sujet de débat parmi les scientifiques. D'après les modèles de formation du système solaire, la Terre, en tant que planète interne du système, ne devrait pas posséder d'eau. C'est donc un scénario impliquant l'apport d'eau par des corps externes (comètes) qui est privilégié, avec l'arrivée d'un bombardement de corps glacés, et le besoin d'expliquer une telle perturbation. Mais une nouvelle étude effectuée par des chercheurs français vient remettre ce scénario en cause : finalement les roches du système solaire interne contiendraient largement suffisamment d'eau pour expliquer la teneur de notre planète. Une étude parue cette semaine dans Science.

Podcast
En cours de lecture

#1057 : Mégaconstellations de satellites vs. Astrophysique : 1 - 0

1057-constellations.mp3

1057-constellations.mp3

Votre navigateur n'a pas réussi à lancer la lecture du média. Essayez de le télécharger.

Télécharger Télécharger ( 13 Mo )

Les mégaconstellations de satellites qui sont en cours de déploiement vont fondamentalement modifier l’astronomie et l’astrophysique. Une nuit sans aucun passage de satellite ne sera plus jamais la norme. Si les 100 000 (ou plus) satellites en orbite basse qui sont proposés par différentes sociétés spatiales parmi lesquelles SpaceX, Amazon, Oneweb, et d’autres encore, sont déployés, aucune combinaison de méthodes ne permettra de réduire efficacement l’impact de leur éclat dans le ciel nocturne sur les programmes d’observation astronomique. Ces conclusions viennent d’être rendues publiques dans un rapport conjoint de l’American Astronomical Society et du consortium NOIRLab qui regroupe de nombreux observatoires astronomiques américains financés par la National Science Foundation (NSF). Ce rapport est disponible en ligne ici.
https://www.ca-se-passe-la-haut.fr/2020/08/megaconstellations-de-satellites-vs.html

Podcast
En cours de lecture

#1056 : Des reconnexions magnétiques à l'intérieur d'un jet de trou noir supermassif

1056-jet-gammas.mp3

1056-jet-gammas.mp3

Votre navigateur n'a pas réussi à lancer la lecture du média. Essayez de le télécharger.

Télécharger Télécharger ( 6,2 Mo )

Des flux de photons intermittents ont été détectés en provenance du coeur du quasar 3C279, le signe caractéristique d'un phénomène de reconnexion magnétique. Ces reconnexions magnétiques semblent se produire à l'intérieur du jet de plasma qui est induit par le trou noir supermassif. Une étude publiée dan Nature Communications.

Podcast
En cours de lecture

#1055 : Du gaz moléculaire froid détecté dans le vent galactique

1055-globules.mp3

1055-globules.mp3

Votre navigateur n'a pas réussi à lancer la lecture du média. Essayez de le télécharger.

Télécharger Télécharger ( 12 Mo )

Le centre de notre galaxie est le siège d'un intense vent de gaz interstellaire. Des nouvelles observations y révèlent la présence de coeurs de gaz moléculaire froids à l'intérieur de nuages d'hydrogène atomique chauds, en train d'être projetés depuis le centre galactique. L'origine de ces globules de gaz entraînés par le vent galactique est mal comprise. L'étude est parue dans Nature cette semaine.

Podcast
En cours de lecture

#1054 : Le résidu de la supernova de Kepler en expansion très rapide

1054-kepler.mp3

1054-kepler.mp3

Votre navigateur n'a pas réussi à lancer la lecture du média. Essayez de le télécharger.

Télécharger Télécharger ( 9,6 Mo )

La supernova dont a pu être le témoin Johannes Kepler en 1604 est la dernière supernova galactique en date visible à l’oeil nu, déjà plus de 400 ans…. Aujourd’hui, son résidu forme une jolie nébuleuse, située à environ 20 000 années-lumière. Des nouvelles observations en rayons X de cette nébuleuse indiquent qu’elle s’étend toujours, et à très grande vitesse ! ce qui permet de mieux la cerner. Une étude publiée dans The Astrophysical Journal.